samedi 10 février 2018

FRIG



Frig — a film in three parts (Love, Shit and Sperm) — is an experimental drama beginning with the end of a love affair. Love and the resulting experience are presented as a metaphor that goes beyond the personal and into a deeper consideration of life’s cycles, ultimately becoming a reflection on life, death and rebirth. Opening with a personal poem and accompanied by fragmented images, the film plunge into Sade’s universe in “120 Days of Sodom” and charts the descent into one’s own, personal hell, revealing the hidden face of societ.

Dir: Antony Hickling
Scr: Antony Hickling, Biño Sauitzvy
Cast: Biño Sauitzvy, Thomas Laroppe, Luc Bruyère, Arthur Gillet, Alvaro Lombard, François Brunet, Gaëtan Vettier

France | 61’ | experimental, drama

Flower


Performance/vidéo de Biño Sauitzvy pour les 10 ans du Générateur 
http://legenerateur.com/


Carne



Carte blanche à l’Académie Fratellini – une proposition de Biño Sauitzvy avec les étudiants Alessandro Brizio, Florent Chevalier, Quentin Folcher, Théo Lavanant, Jaime Monfort-Miralles, Nino Wassmer. 
9ème édition de [frasq] rencontre de la performance au Générateur, Octobre 2017


CARNE

Six Hommes. Six corps circassiens.
Ils ont été bousculés, modifiés, transformés. Comme eux, le monde est en mouvement dans la spirale de notre civilisation. Les peaux se transforment, exposent les intérieurs profonds de chacun. Une énergie, une urgence, propre à notre monde et au cirque.
Dans ce projet, nous parlons de la force du groupe face à l’individu, de la soumission, de la quête de la liberté. De nos différentes propositions, nous avons développé un travail d’images. Nos corps sont nos bagages, mis en valeur dans une scénographie simple et épurée.
Avec l’expression de la danse et de l’acrobatie, nous avons reproduit la violence du collectif contre l’individu. Nous avons voulu souligner le rapport dominant dominé, propre à la dualité de l’homme contemporain occidentale. Libre de tout faire, avoir, être, mais soumis à des codes sociaux, moraux, qu’il n’a pas choisi.
Au coeur de ce travail, il y a le partage et l’envie de se mettre à nu. D’utiliser nos sensations intimes, nos questions profondes pour parler des sujets de vies dans lequel les gens peuvent se reconnaître.

Six men. Six circus built bodies.
They have been pushed, modified, transformed. Like them, the World is in movement within the spiral of our civilisation. Skins get transformed, they expose the depth of each of us. An energy, an urgency, created through our circus world.
In this project, we talk about the strength of the group in front of the individual, about the submission, the quest for liberty. From our different propositions, we have developed a work of images.
Our bodies are baggages, which we give value to in a simple and purified scenography. Using dance and acrobatics as a means of expression, we have reproduced the violence of the collective against the individual. We wanted to underline the rapport dominated-dominant, typical of the contemporary occidental human’s duality. Free to do anything, to have, to be, but subject to social, moral
codes that he has not chosen.
At the heart of this work, there is the sharing and the will to reveal ourselves. We want to use our intimate sensations, our deep questions, in order to talk about life subjects in which people can recognise themselves.

Basalt


9ème édition de [frasq] rencontre annuelle dédiée à l’art-performance  
Du 7 au 28 octobre 2017, Le Générateur.
Basalt a été présentée le Dimanche 22 Octobre.
www.frasq.com



Basalt

Performance de Biño Sauitzvy et Thomas Laroppe

Basalt est une performance construite d'une manière empirique et intuitive, néanmoins elle traverse deux champs, axes : la présence et la mémoire, lente et profonde des minéraux, et la figure de l'hermaphrodite, l'être complet et primordial, pouvant ici être représentée par l'escargot.
Quand un escargot rencontre un autre escargot, il n'a pas à se demander de quel sexe il est. Il est forcément bon à prendre, puisque tous sont hermaphrodites. Cela double les chances de succès. Ainsi donc, chez les gastéropodes, l'amour est plus commode !
Un animal hermaphrodite possède les deux organes sexuels. Le lombric ou ver de terre ainsi que l'escargot, sont hermaphrodites; ils produisent à la fois des ovules et des spermatozoïdes. Mais chacun doit s'accoupler à un de ses
semblables pour donner les spermatozoïdes qui féconderont les oeufs du partenaire et recevoir en échange les spermatozoïdes de l'autre qui féconderont ses propres oeufs. Si bien qu'après l'accouplement, chacun des deux est à la fois la mère des oeufs fécondés qu'il va pondre et le père des oeufs du partenaire rencontré.
Certains poissons, comme le mérou, peuvent changer de sexe une fois au cours de sa vie lorsqu'il n'y a plus de mâle dominant. Entre 5 et 12 ans le mérou est femelle, puis, jusqu'à la fin de sa vie (40 ans), il devient mâle. Les grenouilles et les tortues d'eau douce peuvent parfois aussi changer de sexe au cours de leur vie.
Chez les huîtres plates, le jeune coquillage adulte commence par être mâle et répand dans l'eau de mer des spermatozoïdes qui féconderont des huîtres plus âgées. Plus tard, il deviendra femelle et aspirera les spermatozoïdes répandus par les jeunes huîtres et donnera ainsi naissance à de petites larves.
Ainsi que les huîtres, en plus d'être hermaphrodites, l'escargot est à la fois animal et minéral, car il porte sur son dos sa coquille, sa maison sous forme de minéral.
Le basalte est la roche ignée volcanique la plus commune sur Terre parce qu'elle constitue presque 100% de la composition du fond océanique. La couleur varie de noir à gris, en passant par le brun-rouge. Cette roche s'altère de couleur rouille, à cause de l'abondance du fer dans sa composition. Le basalte est peu évolué par rapport aux magmas issus directement du manteau terrestre. Ce sont des roches effusives sorties des profondeurs de la terre qui n'ont pas eu le temps de mûrir, de dépenser toute leur potentialité ; elles sont demeurées en suspens, se sont gelées dans leur jeunesse. Leur dynamique profonde n'a pas été consommée, a été mise en réserve.
Les minérales, quoiqu'il en soit, sont utilisés en litothérapie, le soin par les pierres, et sont souvent associés au bien être au niveau de la santé personnelle ainsi qu'au habitat. L'escargot et le basalte se rejoignent.
Les types de formations minérales sont au nombre de trois (magmatique, métamorphique, sédimentaire).
Cependant, dans la réalité une pierre peut subir plusieurs types de formation selon les variations de son contexte géologique. Le type de formation principal nous donne une indication sur l'éducation reçue par la pierre. Ainsi, cette information nous révèle comment la pierre va exprimer son énergie et nous suggère un comportement
particulier face à un environnement donné. Les roches magmatiques sont dominées par la chaleur et l'élément feu, elles nous invitent à laisser s'exprimer nos envies et nos désirs. Les roches métamorphiques sont dominées par la pression et l'élément air. Elles nous invitent à la transformation intérieure et à l'adaptation aux nouvelles
conditions. Les roches sédimentaires sont dominées par le temps et l'élément eau. Elles nous invitent à la patience et à l'enrichissement par l'expérience.
BaSaLT : les quatre initiales des performeurs re-liées par deux « a », lettre issue de « aleph », qui, dans de nombreuses cultures, signifie l’élan premier, le commencement de toute chose, ce qui est nouveau.
BASALT : remettre en jeu le fruit de leurs expériences et vécus partagés, explorer le présent d’une relation, se regarder l’un l’autre chacun dans son étrangeté et retrouver jusque dans la sédimentation les cristaux de la dynamique profonde et effusive de la rencontre.
Basalt est ainsi composé de l'énergie créatrice et auto-génératrice hermaphrodite. Deux corps nus, organiques, archaïques, se font face. Assujettis à des mouvements simples, exécutés dans une lenteur tenue, ils vont l’un vers l’autre, se compriment, s’agrègent, s’accompagnent au sol, se chevauchent, se conglomèrent. Toujours dans cette temporalité étirée, les corps tentent de ne faire plus qu’un, ils mutent, tentent, ils mutent, tentent. Cela dure. Arrive l’acmé. Ils figurent. Pause. Dans une même lenteur, ils se détachent, se séparent, retrouvent la verticalité et repartent chacun de leur côté. Derrière eux : une trace, une pierre en or. L'animal et le minéral, ici recomposés par nos corps et vitesses, comme dans l'alchimie, cherche à donner la vie par la rencontre, sous forme d'or, la lumière qui nous portons tous à l'intérieur de nous mêmes.

The Angel Show


Norwegian Theatre Academy at Østfold University College presents:

“THE ANGEL SHOW”
Written and directed by Bianca Casady (CocoRosie)


Co-created with the 3rd year acting students and the 3rd year scenography students at NTA

Coreographed by Biño Sauitzvy
Produced by staff at NTA

Assistant director: Masha Kechaeva


“We waited patient
For the angel show
Infinite light pouring thru the ceiling
Is how it was suppose to go
We were told to be patient and behold
The angel show“

Welcome to “The Angel Show”; a multimedia theatre concert which takes you through the wake of "The Dead Mother" - a 3 day ceremony to witness and help process her life before her soul can fully leave her body. During these rituals and re-enactments of her past we will meet her family and cross dimensions of time and memory guiding by Death herself.


Performances at Østfold University College/Norwegian Theatre Academy in Fredrikstad.
Høgskolen i Østfold / Akademi for scenekunst / Fredrikstad:


Thursday 12th October at 19:00
Friday 13th October at 19:00
Saturday 14th October at 15:00


FREE TICKETS: https://nta.hoopla.no/sales


CREDITS:
Director and Author:
Bianca Casady

Choreographer:
Biño Sauitzvy

Original Music:
Bianca Casady

Director’s assistant:
Masha Kechaeva

Scenography by:
Rosa Birkedal Andersen
Klara Krämer
Maria Wang Kvalheim
Masha Kechaeva
Felipe Osorio
Nayoun Ryu
Marie Sturminger
Patryk Wasilewski

Performed by:
Durga Bishwokarma
Kaja Mærk Egeberg
Karoline Clasen Holland
Rasmus Stenager Jensen
Armin Kiasaraei Hokmi
Linn Haldrup Lorenzen
Moa Johanne Meinich
Mari Pitkänen

Live band:
Kaja Mærk Egeberg
Karoline Clasen Holland
Rasmus Stenager Jensen
Moa Johanne Meinich
Mari Pitkänen

Costume Design:
Nayoun Ryu
Maria Wang Kvalheim
Patryk Wasilewski

Graphic Design:
Maria Wang Kvalheim

Light Design:
Klara Krämer
Rosa Birkedal Andersen

Set construction:
Klara Krämer
Rosa Birkedal Andersen

Sound:
Felipe Osorio

Video Design:
Marie Sturminger

Tutors:
Siri Langedalen
Kathrine Tolo

Technical director:
Ulf Knudsen

Technician:
Tim Finset

Producer:
Pea Hov

Production leader:
Katinka Nagell

Special thanks to:
Sierra Casady
Øystein Elle
Robert Johanson
Dag Thalberg
Karmenlara Ely

lundi 19 juin 2017

Biño Sauitzvy by Julien Mélique



Biño Sauitzvy by Julien Mélique
Sérigraphie
Paris 2017

Prière

Prière 
Action de Biño SauitzvyThomas Laroppe et Lika Guillemot
Paris, Janvier 2017
« La prière réitère symboliquement des processus qui se déroulent dans le plérôme de la divinité » - Les Origines de la Kabbale
Le 26 décembre, le lendemain du Noël ( naissance de Jesus Christ ), le vendeur ambulant Luis Carlos Ruas, 54 ans, connu par le surnom d'Indien (Indio, comme on appelle le peuple natif du Brésil qui soufre et est victime d'un lent génocide), s'est fait agresser à mort par deux jeunes hommes appartenant à un groupe d'intolérance homophobe. La cause : Indio a pris la défense d'un travesti qui était en train de se faire agresser par ces deux jeunes hommes.
Le meurtre a eu lieu dans la station de métro Pedro II à Sao Paulo (Saint Paul en français), Brésil. Dans la vidéo diffusée par la police, celle de la caméra de surveillance, nous voyons l'agression et aucune intervention des passants, malgré leurs regards et attention vers le fait. De la même manière que l'on se demande la raison de la non intervention de la surveillance/police (puisque l'acte a eu une durée conséquente, montrée par la même vidéo) ainsi que, où est la police au moment où il faut ? La police peut-elle être toujours présente au moment des agressions ? Y avait-il quelqu'un derrière la caméra ? Ou personne, comme bien souvent ? Qui peut nous défendre alors ?
 Pour cela nous faisons une prière. Nous prions tous les saints des stations métro à Paris (au moins celles qui invoquent leur noms), à la justice divine, pour faire justice ici et maintenant, car la justice des hommes ne fonctionne pas.
Les saints ne sont-ils pas des hommes ? Distinguées certes par certaines religions, donc par d’autres hommes ? Luis Carlos, Indio, n’est-il pas un saint ?
Contre la violence qui on essaye de nous imposer, nous agissons, à notre manière, par un geste d'amour, humain et divin à la fois, un baiser, simple, (et puissant car porteur d'une énergie vitale contre celle meurtrière) pour transformer l'horreur que l'on essaye de nous faire subir.
Il s'agit d'une prière que nous nous faisons à nous même ? Pour nous même ? Le divin en nous ? Les saints sont-ils des représentants des divinités ? Qu’est ce que ça veut dire de s’adresser aux saints du métro qui renvoient à la religion catholique, justement pas très ouverte et très tolérante sur la question de l’autre et de l’homosexualité ? Il y a-t-il de l'amour, sous toutes ses formes et possibles, dans toutes les manifestations religieuses ? Quand s'effectue la distinction entre la religion et la croyance ? Est-ce l'exercice du pouvoir des uns sur les autres qui effectue cette séparation ? Qu’est ce que la prière ? Prier est-ce penser ? La Prière arrive -t-elle au moment où l’on est face à l’impensable ? Quand penser ou comprendre un événement est impossible, ne reste-t-il plus qu’à prier ? L’acte artistique est-il une prière ?
Cette performance part d'un exemple spécifique déclencheur, concret, (comme autant d'autres que nous voyons tous les jours). Néanmoins elle ne veut pas se restreindre à ce fait : elle parle et prie d'arrêter toutes les violences et actes imposés auxquelles nous sommes victimes actuellement et depuis longtemps. Et alors, nous c’est qui ? Qui est la victime ? La communauté gay ? Les minorités ? Les singularités ? Les différents ? Et les bourreaux ?
Autant de réponses possibles...
Trois jours plus tard, le 29 décembre, toujours à Sao Paulo, une mère (Tatiana Lozano Pereira, 33 ans), a étranglé et égorgé son fils de 17 ans (Itaberli Lozano) car il était homosexuel. Elle et son mari, la beau-père du jeune homme, l'on ensuite amené le corps dans un terrain abandonné et ils ont l'ont brulé.
Nous prions contre l'horreur sous toutes ses formes, contre l'intolérable. Nous prions contre la folie destructrice qui essaye d'effacer l'altérité. Nous prions pour Indio, pour Itaberli, pour toutes les autres victimes des atrocités humaines, pour nous, nous prions !
Concept: Biño Sauitzvy
Performers: Biño Sauitzvy et Thomas Laroppe 
Photo: Lika Guillemot






















MayDay

MayDay
de Dorothée Zumstein
mise en scène Julie Duclos

avec 
Maëlia Gentil, Vanessa Larré, Marie Matheron, Alix Riemer, Bino Sauitzvy
avec les voix de 
Guy-Patrick Sainderichin, Dorothée Zumstein, Calypso Baquey, Krishna Levy, Aaron Taylor, David Houri et Philippe Duclos
scénographie 
Hélène Jourdan

lumières 
Mathilde Chamoux & Jérémie Papin
musique 
Krishna Levy

chorégraphie 
Bino Sauitzvy

vidéo 
Quentin Vigier

son
Quentin Dumay

costumes 
Marie-Cécile Viault

assistanat à la mise en scène
Calypso Baquey

régie plateau 
Marie Bonnemaison

régie son 
Lauriane Rambault

régie générale 
Mathilde Chamoux

production 
Laure Duqué

du 23 février au 17 mars 2017
du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h30 et le dimanche à 15h30

La Colline - Théâtre NationalGrand Théâtredurée 
1h40

MayDay est une remontée libre et sauvage dans le temps, une plongée dans la mémoire, c’est-à-dire dans une matière infinie, plus vaste que le souvenir. Tout part d’une interview: pour échapper aux fantômes de son passé, Mary Burns accepte de revenir sur les crimes qu’elle a commis dans son enfance, lorsqu’elle avait dix ans. Sa parole va faire surgir, successivement, d’autres figures féminines : Mary à 10 ans, sa mère, la mère de sa mère. Les voix et les images vont s’entremêler, à ciel ouvert. Pour au final, comme au sortir d’un rêve, entrevoir la possibilité d’être, à peu près, en paix avec le présent.

Production

Cie l’In-quarto
coproduction La Colline-théâtre national, CDN de Haute-NormandieThéâtre Dijon Bourgogne Centre Dramatique NationalCDN Besançon Franche-ComtéCDN Orléans/Loiret/CentreCélestins-Théâtre de Lyon
avec l’aide à la production de la DRAC Ile-de-France
avec le soutien de la Comédie de Reims-CDN
avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Tournée

Le spectacle sera créé le 1er février 2017au CDN de Haute-Normandie

- du 21 au 25 mars 2017 aux Célestins- Théâtre de Lyon
- du 11 au 14 avril 2017 au CDN Besançon Franche-Comté
- du 26 au 28 avril 2017 au CDN Orléans/Loiret/ Centre
- du 10 au 13 et du 16 au 18 mai 2017 à la Comédie de Reims, CDN
- mai 2017 au Théâtre Dijon Bourgogne – Festival théâtre en mai

Compagnie

lundi 12 septembre 2016

Where Horses Go To Die


WHERE HORSES GO TO DIE

de ANTONY HICKLING

Fiction l France l vf l 2015
67 min l Couleur
La première mondiale du nouveau film d’Antony Hickling "Where Horses go to Die", à l’occasion de L'Étrange Festival - XXIIème édition, au Forum des Images, Paris. 
La projection de "Where Horses go to Die" aura lieu le Jeudi 15 Septembre 2016 à 19h30 dans la salle 500.
http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/etrange-festival-2016/where-horses-go-to-die-int.-16-ans


C.O.L.O. - 22. MIĘDZYNARODOWY FESTIWAL SZTUK PERFORMATYWNYCH A PART

C.O.L.O.
22. MIĘDZYNARODOWY FESTIWAL SZTUK PERFORMATYWNYCH A PART Katowice, 10-19 czerwca 2016
17 czerwca (piątek) 16:00 Kinoteatr Rialto LE COLLECTIF DES YEUX (Francja): C.O.L.O. [performens] Bilety w cenie 15 zł do nabycia w kasie Kinoteatru Rialto.


Le Collectif des Yeux został założony w 2006 roku w Paryżu przez Biño Sauitzvy'ego, brazylijskiego aktora, tancerza, akrobatę i reżysera, mieszkającego od 2003 roku we Francji. Formacja skupia się na poszukiwaniu własnej estetyki, zrodzonej z osobistych doświadczeń i indywidualnych poszukiwań. Jej założyciel Biño Sauitzvy współpracował z wieloma artystami różnych dziedzin (ostatnio z amerykańską grupą muzyczną Coco Rosie), jest twórcą kilkunastu projektów, głównie solowych i duetów z pogranicza performensu, teatru i tańca. Od 2010 roku Sauitzvy wykłada w Katedrze Dramatu Uniwersytetu 8 w Paryżu.

Performens „C.O.L.O.” inspirowana jest trzema pojęciami francuskiego filozofa Gillesa Deleuze'a, dotyczącymi rozważań na temat „istniena” pomnika: "wibracja”, „uścisk” i "wycofanie". Spektakl „C.O.L.O.” to pomnik na żywo, żywa rzeźba, złożona z dwóch ciał. Tytuł „C.O.L.O” pochodzi od portugalskiego słowa „colo”, które oznacza wzięcie kogoś za rękę lub podniesienie kogoś, by go ochronić. Oznacza na przykład wzięcie dziecka w ramiona, by je nakarmić, uspokoić i dodać mu otuchy. Spektakl nawiązuje do koncepcji zatrzymanego obrazu Samuella Becketta. Zatrzymując w kadrze teatralną akcję, wstrzymujemy na chwilkę czas – jest tylko tu i teraz, nie ma przeszłości i przyszłości. Tylko obraz się liczy. Jednak chwili nie sposób zatrzymać, a czasu powstrzymać. Obraz jest wypierany prze imperatyw kontynuacji i zwyczajny ból fizyczny wykonawców. Co wtedy jednak, gdy nie ma jak i nie ma czego kontynuować? Pozostaje walka z bólem i rozpaczliwa próba zastygnięcia w teraźniejszości, której nie chce się utracić. W performensie Sauitzvy’emu partneruje francuski tancerz Thomas Laroppe.

Pomysł : Biño Sauitzvy
Występują: Biño Sauitzvy i Thomas Laroppe
Muzyka : Cyrielle Desserrey
Premiera: 2011

http://www.apart.art.pl/22fest.htm

vendredi 22 avril 2016

RoadKill - vidéo





"It was made with the Norwegian Theatre Academy last winter where I directed my 2nd play tilted "Mother Hunting". Biño Sauitzvy did the choreography and it was performed by the "Clown Widows" played by Lærke Grøntved, Anders Firing Aardal and David Jensen  the scenography was made in collaboration with Corentin JPM Leven and Mareike Dobewall." Bianca Casady

jeudi 21 avril 2016

Porno Thietor - Bianca Casady's book



Porno Thietor, the new Bianca Casady's book for photographs and poems here: 
http://www.becapricious.com/shop/

It also comes with the Limited Edition of “Oscar Hocks” Vinyl here:
http://fantasymusicstore.bigcartel.com/product/bianca-casady-the-c-i-a-oscar-hocks-lp-ltd-edition

Bianca Casady & the C.i.A played "The Empty Room" from her album Oscar Hocks live on France Inter.



vendredi 11 mars 2016

La Roue de la fortune et d'autres arcanes















La Roue de la fortune et d'autres arcanes
Perfomance collective de Biño Sauitzvy, Sofia Paladines, Anissa Mohamed, Léa Fagnou, Léandre Ruiz Dalaine, Cyril Combes et Nina Harper.
FRASQ - Rencontre de la pArformance - Le Générateur, 2015
photo: Le Générateur


samedi 13 février 2016

Hobo - Bianca Casady & The C.I.A.




Hobo is taken from the album "Oscar Hocks"

digital album available here
http://apple.co/1MDTqbR

CD + limited edition LP available here
http://bit.ly/1XVzAzU (in the US)
http://bit.ly/1M9FCUW (everywhere else)

Video made in collaboration with Biño Sauitzvy and Corentin JPM LEVEN